Créer mon blog M'identifier

Soins dentaires : la fin du mercure dans les plombages ?

Le 17 novembre 2017, 06:32 dans Humeurs 0

Toutes celles et ceux qui ont déjà eu des caries le savent : ça fait mal et le dentiste les soigne grâce à un plombage, un terme qui fait référence à l’utilisation de plomb et autres métaux lourds dont le mercure pour ce traitement. En effet, si le plomb a disparu depuis longtemps des plombages, un élément dangereux y subsiste encore : le mercure. La Commission Européenne s’est saisie du sujet pour l’interdire dans les plombages.  Quand vous souhaitez savoir beaucoup,vous pouvez chercher plus de Machine à polir sur www.athenadental.fr

Les plombages sont plus justement appelés amalgames dentaires : ne contenant plus de plomb, ce qualificatif n’est plus adapté. Toutefois la présence de mercure (qui représente près de 50 % de la composition de l’amalgame dentaire) nécessitait une décision de la part des autorités sanitaires puisque ce métal lourd est reconnu comme toxique. Mais la toxicité des amalgames dentaires, en revanche, ne fait pas l’unanimité, ce qui explique pourquoi le mercure est encore utilisé dans les soins dentaires. Le mercure est un métal lourd et très polluant qui pourrait, dans le futur, devenir un problème pour la planète.  Quelle est la lampe à polymériser dentaire la plus populaire ?

 

La Commission Européenne a, dans une nouvelle réglementation, interdit dès le 1er juillet 2018 l’utilisation de ce composant. Les dentistes ont depuis des années des produits de substitution tout aussi efficaces, et surtout moins dangereux et moins polluants à leur disposition. L’interdiction du mercure dans les amalgames dentaires n’est toutefois pas encore totale : la Commission Européenne a, dans ce texte, ciblé seulement une partie de la population (espérant probablement que les dentistes signeront d’eux-mêmes la fin des plombages au mercure avec le temps).  Dents noires causes

 

Seulement les populations les plus à risque sont concernées par l’interdiction. Ainsi, la nouvelle réglementation européenne prévoit que dès le 1er juillet 2018, les dentistes ne pourront plus utiliser de plombages au mercure pour soigner les enfants de moins de 15 ans, les femmes enceintes et les femmes qui allaitent.

 

Et pour ceux qui ont déjà des amalgames au mercure, rappelons qu'il n'existe aucune preuve de toxicité justifiant de les enlever. Au contraire : cette intervention pourrait libérer inutilement une quantité importante de mercure dans l'organisme ! À moins que vous ne soyez un chanteur d'opéra désireux d'afficher une dentition parfaite jusque dans les moindres recoins, vous pouvez donc continuer à cohabiter en bonne entente avec vos plombages !

 

 

Comment soigner les douleurs dentaires ?

 

Comment soigner les douleurs dentaires ?

Le 16 novembre 2017, 07:40 dans Humeurs 0

Une simple visite annuelle chez le dentiste suffit pour prévenir les douleurs dentaires. Gérald Kierzek rappelle comment remédier à ces maux qui peuvent vite empoisonner le quotidien. Ce sont des douleurs auxquelles on ne prête pas toujours suffisamment attention : les douleurs dentaires. Pourtant une simple visite annuelle chez le dentiste suffit, pour prévenir tout bobo. Au micro d'Europe 1 Gérald Kierzek, rappelle quelques gestes simples pour prendre soin de ses dents. L'outil dentiste est dispensable pour les dentistes, et le bec à gaz est le plus important.

La carie, cause principale de douleurs dentaires. Il existe plusieurs types de douleurs dentaires autant qu'il existe différentes causes de ces douleurs. La sensibilité accentuée au chaud ou froid doit alerter et motiver une consultation rapide chez le dentiste. Tout cela avant qu'il y ait une douleur intolérable de type abcès (une carie qui dégénère, ndlr). Cause principale : la carie, ce trou dans la dent qui va atteindre progressivement la pulpe et engendrer une douleur intense. Les aliments entre les dents peuvent également causer certaines douleurs mais la gencive, aussi, sous la dent, peut être sensible. Qu’est-ce qu’un hydropulseur dentaire ?

 

Prendre la douleur à temps. Gérald Kierzek recommande de s'occuper rapidement de la douleur dentaire. L'automédication doit être pratiquée avec beaucoup de précautions car seul le dentiste peut remédier aux maux. L'aspirine et les anti-inflammatoires comme l'ibuprofène sont à proscrire, prévient Gérald Kierzek. Car les anti-inflammatoires risquent au contraire de faire flamber l'infection. Et d'une simple carie ou d'un simple œdème local, le risque d'une infection généralisée n'est pas loin. Le diagnostic dentaire et donc la consultation sont indispensables. Dent noire

 

La bonne hygiène dentaire en guise de traitement. Le seule traitement préventif passe ainsi par la bonne hygiène bucco-dentaire. Et une visite de contrôle par an chez le dentiste. Et ne pas oublier de se brosser les dents deux à trois fois par jour. Le fil dentaire ou du chewing-gum après le déjeuner à midi peuvent se substituer au brossage.

 

Soulagement assuré : cela anesthésie remarquablement et rapidement le mal. En plus, vous pouvez aussi faire des bains de bouche (2 clous dans 25 cl d'eau bouillante, pendant 7 minutes). Autre option : l'huile essentielle de giroflier. Mettez-en 1 goutte sur un bâtonnet ouaté, badigeonnez tout autour de la dent et massez la gencive.

 

 

Soins dentaires : pourquoi ça bloque

 

Soins dentaires : pourquoi ça bloque

Le 15 novembre 2017, 05:01 dans Humeurs 0

Pour permettre l’accès aux soins dentaires à des millions de Français qui y renoncent, un plafonnement du tarif de certains actes est prévu. Les dentistes grincent des dents. En 2016, la Cour des comptes s’alarmait de l’organisation des soins bucco-dentaires en France, constatant que les restes à charge élevés favorisaient le renoncement aux soins de nombreux patients (4,7 millions en 2012).  L'outil dentiste est dispensable pour les dentistes, et le stérilisation autoclave est le plus important. 

Accablant, l’état des lieux a poussé la Sécurité sociale et les dentistes à négocier un avenant à la convention régissant leurs relations tarifaires. L’accès aux soins serait facilité par le plafonnement des actes « prothétiques » (couronnes, bridges), qui représentent le tiers de l’activité des dentistes mais les deux tiers de leur chiffre d’affaires. En contrepartie, les soins conservateurs et de prévention (carie, détartrage), dont le prix est administré et bloqué depuis des années, devaient être revalorisés par l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam). Connaissez-vous le choix d'une lampe à polymériser ?

 

Si tout le monde partait confiant, le processus a vite déraillé. La FSDL, premier syndicat de la profession, hostile à la remise en cause de la liberté tarifaire, a claqué la porte dès le 6 janvier. Jeudi, le syndicat des dentistes libéraux (CNSD) a décidé de ne pas participer à la réunion prévue. Vendredi, la séance a été purement et simplement annulée, bloquant toute discussion.L’Assurance maladie avait pourtant porté son enveloppe à 806 millions d’euros sur quatre ans, soit une hausse de plus de 64 millions par rapport à la revalorisation initiale.  Dents noires causes

 

Mais la FSDL évalue le montant nécessaire à 2,5 milliards d’euros… Et pour la CNSD et l’Union dentaire, les libéraux seraient contraints de travailler plus pour maint enir leur niveau de revenu. La proposition de l’Uncam sera tout de même envoyée aux syndicats, qui devraient la soumettre à leurs mandants. En cas (probable) de refus, un arbitre désigné par l’État fixera lui-même les plafonds de tarifs. Mais la FDSL a d’ores et déjà appelé à une manifestation le 27 janvier contre tout arbitrage, tandis que l’Union dentaire évoque une résiliation de la convention pour « mettre en échec » le ministère de la Santé.

 

 

Soins dentaires : comment payer moins cher ?

 

Voir la suite ≫