Cours en ligne, simulation, classes inversées, séquences vidéo… Dans les facultés d’odontologie, l’heure est au renouveau des méthodes d’enseignement. Partout, on innove, on expérimente. « Nos étudiants ont désormais accès à l’information en temps réel : il n’est plus possible d’enseigner de façon dogmatique comme autrefois. Depuis une dizaine d’années, nous vivons une révolution pédagogique », affirme Sibylle Vital, doyenne de la faculté de chirurgie dentaire de l’université Paris-Descartes. Quand vous souhaitez savoir beaucoup, vous pouvez chercher plus de Unité dentaire portable sur www.athenadental.fr

 

 

 

Les étudiants sont immergés le plus vite possible – dès la première année du cursus – dans la pratique de leur futur métier, en clinique. Ils assistent à des démos d’enseignants sur de vrais patients, s’exercent sur des « fantômes » (mannequins) munis de mâchoires réalistes et de dents en plastique, et acquièrent ainsi l’habileté nécessaire. Autre outil en plein essor, la simulation. A Rennes-I, on l’utilise pour apprendre les procédures de soins. En complément, les étudiants ont accès à plus de cinquante ressources en ligne : présentation du matériel, vidéos montrant différents protocoles opératoires, schémas… En tout, l’équivalent de près de 300 heures de formation. L’enseignement peut ainsi se concentrer sur les manipulations. Qu'est-ce que les caractéristiques du caméra intra-orale JVE-K01 ?

 

 

Des étudiants en fin de cursus sont parfois associés à la création des ressources, dont certaines sont commercialisées auprès d’autres établissements. A Lyon-I, les futurs chirurgiens-dentistes ont même accès, depuis 2012, à une salle de simulation munie de vingt postes de travail : ils s’exercent sur une reproduction en 3D de la tête d’un patient, avec les mâchoires et les dents. Une caméra permet d’apprécier leur position et leur gestuelle, une autre d’évaluer la qualité de leur travail. Dents noires causes

 

Des formules de classe inversée font leur apparition, notamment à Lyon-I : les étudiants reçoivent les documents sous format numérique et doivent s’en imprégner avant de venir en cours. Quelques facs, comme Paris-I, utilisent aussi le dispositif BYOD (Bring Your Own Device : « Apportez votre propre équipement »), qui permet aux étudiants de répondre à un questionnaire (QCM) pendant le cours par le biais de leur smartphone. Un bachelor Prothésiste dentaire numérique vient même de voir le jour, à l’initiative d’ORT France, réseau national d’établissements d’enseignement supérieur – une première en France.

 

Les Français négligent leur hygiène bucco-dentaire