Par communiqué du 1er août, l’Assurance maladie confirme le report du plafonnement des tarifs de certains soins dentaires. Dès juillet, la ministre de la Santé avait annoncé vouloir reprendre le dialogue avec les chirurgiens-dentistes libéraux, très remontés depuis la publication du dernier règlement arbitral encadrant les tarifs des soins dentaires. Le matériel dentaire est dispensable pour les dentistes, et la lampe photopolymériser est le plus important. 

L’entrée en vigueur de ce règlement, initialement prévue au 1er janvier 2018, est donc repoussée au 1er janvier 2019. En revanche, les nouveaux plafonds des tarifs dentaires applicables aux bénéficiaires de la CMU-C et de l’ACS entreront en vigueur comme prévu dès le 1er octobre 2017. Ce règlement, vivement contesté dans la rue par les chirurgiens-dentistes, prévoit de plafonner les tarifs des prothèses en échange de revalorisations des soins conservateurs, jugées insuffisantes par la profession.  Pouvez-vous introduire la turbine dentaire de NSK?

 

"Le principe posé par le règlement arbitral d'un plafonnement progressif des soins prothétiques, accompagné d'une revalorisation des soins conservateurs, est un levier incontournable pour l'amélioration de la prise en charge des patients", prévient la ministre. Les nouvelles négociations, menées "en lien étroit avec les complémentaires santé", devront "répondre à trois objectifs: l'accès financier aux soins, le développement à la prévention et une attention particulière aux besoins des publics fragiles (personnes handicapées, âgées)", précise le communiqué. 

 

Le règlement prévoyait notamment le plafonnement des prix des couronnes et des bridges. Par exemple, le tarif d’une couronne céramo-métallique devait être plafonné à 550 euros dès 2018 et diminuer progressivement pour atteindre au maximum 510 euros en 2020. Parallèlement, les soins conservateurs et de prévention (comme le traitement des caries) devaient être revalorisés. Le gouvernement s'est engagé "d'ici la fin du quinquennat" à proposer à "tous les Français" des offres de mutuelles sans aucun reste à charge pour les soins dentaires, les lunettes et les prothèses auditives. 

 

Les discussions entre l’Assurance maladie, les chirurgiens-dentistes libéraux et les organismes complémentaires vont reprendre dès mi-septembre pour aboutir à un nouvel accord. Ce report sera l’occasion de prendre en compte la promesse, figurant dans le programme présidentiel et reprise dans la feuille de route de la ministre de la Santé, de zéro reste à charge sur les soins dentaires d’ici 2022 et d’amélioration de la prévention.

 

FasTeesH s'apprête à révolutionner le brossage des dents